h
Accueil > Messes > HOMELIE

HOMELIE

Messe de Toussaint

Homélie du 1er Novembre 2018

La Sainteté… Parlons-en

Dans notre monde qui soupçonne toute démarche religieuse, toute démarche spirituelle, il est des chrétiens, des hommes et des femmes dont la figure, la vie font l’unanimité…Nous pouvons penser à Mère Theresa, à sœur Emmanuelle, à l’abbé Pierre…
Les raisons de cette unanimité sont multiples mais elles peuvent se résumer dans cette formule : ils ont été les témoins de la tendresse de Dieu pour l’humanité…
Le bon sens humain et chrétien a passé par pertes et profits telle ou telle « peccadille » de leur existence, je pense par exemple à tel soutien malencontreux de l’abbé Pierre au philosophe Garaudy, à tel le ou telle page de sœur Emmanuelle sur sa vie intime, sur le doute qui a assailli Mère Theresa…
Nos contemporains ont accueilli ces vies comme une bénédiction…un cadeau.
Nous leurs frères et sœurs dans la foi nous devons les rejoindre et devenir à notre tour témoins de la tendresse de Dieu.

Alors comment pouvons-nous devenir témoin de la tendresse de Dieu ?

En nous laissant aimé inconditionnellement par Dieu :

Découvrons que Dieu nous aime comme nous sommes. Dieu nous fait confiance, il a besoin de toutes nos capacités, même celles qui sont un peu rugueuses, excessives…
Découvrir la confiance que le Seigneur nous fait c’est grandir dans une vraie confiance en nous-mêmes. La confiance que le Seigneur nous fait assume nos faiblesses. La relation au Christ nous invite à entrer dans un rapport paisible à nos faiblesses.
Bien sûr nous demandons au Seigneur sa grâce pour les dépasser mais nous savons bien que nous resterons toujours des êtres faibles mais aimés pour ce qu’ils sont : Les fils et les filles bien aimés du Père.
Bien plus notre faiblesse est une porte ouverte à l’accueil des autres à l’accueil de Dieu. Paul a cette phrase surprenante : « Le Seigneur m’a déclaré : « Ma grâce te suffit : car la puissance se déploie dans la faiblesse. » C’est donc de grand cœur que je me glorifierai surtout de mes faiblesses, afin que repose sur moi la puissance du Christ. »

Comment pouvons-nous devenir témoin de la tendresse de Dieu ?

En mettant nos pas dans ceux du Seigneur… C’est l’évangile lu relu, la Parole mangée, jusqu’à ce qu’elle ne fasse plus qu’un avec nous, qu’elle inspire chacune de nos pensées et de nos actes et qu’ainsi notre vie est goût de la tendresse de Dieu.
La barre est haute, très haute, oui nous sommes dépassés…
Comment y arriver : en adoptant l’attitude de Jean Baptiste : « Lui, il faut qu’il grandisse ; et moi, que je diminue, » celle de Paul : « je vis, mais ce n’est plus moi, c’est le Christ qui vit en moi. Ma vie aujourd’hui dans la condition humaine, je la vis dans la foi au Fils de Dieu qui m’a aimé et qui s’est livré pour moi. »

N’oublions-pas L’abbé Pierre, Sœur Emmanuelle, Mère Theresa qui ont été les grands « actifs » que nous connaissons ont été aussi de grands « priants ».



— Réalisé avec SPIP — Contacter : Le webmaster , la Paroisse

Plan du site Suivre la vie du site

- mis à jour le : mardi 5 mars 2019 -